Charles Dantzig

Je m'appelle François

« Dans des quartiers sans délinquance, des parents tuent leurs enfants par froideur, des enfants leurs parents par mépris, des capitalistes sans cœur leurs employés sans défense, et des ouvriers brutaux des héritières désemparées. Qui punit les crimes de cruauté ? Ils sont accomplis dans la plus grande politesse, le plus grand flegme, sans déranger aucun confort. »

 

Jeune homme issu d’une famille dysfonctionnelle, François décide dès l’adolescence de réinventer sa vie au gré des rencontres et des opportunités. Tantôt, il est le fils d’une milliardaire, tantôt le neveu de Depardieu. Il emprunte de multiples identités et réussit à tromper les plus aguerris tout en profitant de leurs largesses. Il devient même une vedette, un fraudeur avec de l’aplomb et de l’élégance attire la sympathie des foules. Roman noir ou sombre reflet de notre réalité ?

Grasset, 2007, 316 p.

 

je-mappelle-francois.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site