Danielle Dussault

La partition de Suzanne

« C'est le rôle de l'écriture de sauvegarder la mémoire pour qu'elle puisse continuer à brûler. »

 

Une toute jeune fille se suicide, car une vie sans amour n'a pas de sens.   Elle refuse le silence assassin et condamne les effleurements qui déchirent les êtres. Avant sa mort, elle a écrit une pièce, une partition qu'elle destine à sa sœur et à son maître de musique.  Dans ce roman aux voix multiples, la musique est omniprésente, comme si elle pouvait effacer les blessures, comme si elle apaisait les souffrances.  Partition aussi sans doute car les familles sont désunies, les mères et les pères ont peu de liens avec leurs enfants, la communication est quasi inexistante. Partition encore à cause du partage des émotions et de la détresse. Ce roman nous fait réfléchir : la mort est-elle la seule issue possible quand l'amour n'existe pas ?  Peut-on espérer la guérison des âmes atrophiées, voire fossilisées ? Oui, quand le chant devient prière (p. 65).

À lire.

Lévesque éditeur, coll. Réverbération, 2012,  136 p. Livrel.

 

danielle.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×