Maud Tabachnik

Le chien qui riait

« Les flics de terrain constataient trop souvent que les criminels, ou plutôt leurs défenseurs, se servaient de la médecine psychiatrique pour que leurs cas échappent à la justice. »

 

Stark, un policier en fin de carrière, blessé à trois reprises par des malfrats sanguinaires, doit faire face à des criminels à peine sortis de l'adolescence. Leur cruauté et leur violence ne le surprennent guère, mais des meurtres crapuleux vont le forcer à sortir de sa nonchalance. L'auteure française a choisi une ville américaine quelconque, cela importe peu, et réussit à décrire parfaitement la déshumanisation de nos sociétés actuelles. Un polar qui fait réfléchir, voilà tout un exploit.

Albin Michel, 2007, 371 p.

 

chien.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×