Philip Kerr

Le chiffre de l'alchimiste

« Ne sois pas si hautain, pour l'amour du ciel ! Offre-moi du vin, montre-toi un peu courtois et tu verras que d'étron je peux me transformer en bol de miel. »

 

Polar ou roman historique ? Sir Isaac Newton, en compagnie de son jeune assistant, Christopher Ellis, doit enquêter sur une série de meurtres alors qu'il est le gardien de la Monnaie à la Tour de Londres, là où de faux-monnayeurs sévissent. Cette enquête a vraiment eu lieu, et les protagonistes ont tous vécu à cette époque, soit au XVIIe siècle.  Huguenots et papistes y sont confrontés, et la situation politique londonienne, bien détaillée. La personnalité de Newton me semble fidèle à la réalité, il suffit de lire ses reparties pour en être convaincu : « Il est difficile pour chacun d'entre nous de savoir comment il apparaît aux yeux du monde, mais à la vérité je considère que j'en ai suffisamment appris pour découvrir combien j'en sais peu sur le monde.» (p. 24) Le roman est bien écrit malgré quelques digressions sur les Templiers qui n'ajoutent rien à l'intrigue. Cela dit, le lecteur connaît un peu mieux Newton, et ce n'est pas rien.

 

Éditions du Masque, 2004, 359 p.

 

photokerr.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site