Rick Moody

Le script

« Bien sûr,  la véritable erreur  est de passer cinq minutes en état de désir, car dès qu’on désire une chose, on est perdu de même qu’est perdue la chose en question. »

 

Une productrice new-yorkaise de cinéma indépendante, adepte des beignets Krispy Kreme, dont la mère est une alcoolique invétérée, tente de retrouver l’auteur d’un scénario prétendument égaré intitulé Le sourcier, scénario qui n’a jamais existé.  Moody nous entraîne dans un univers absurde peuplé d’êtres fêlés à la recherche d’un bonheur illusoire : chauffeur sikh de limousine impuissant, schizophrène brillant, vedette de cinéma masochiste, PDG attiré par des handicapés, psychologue souhaitant voir plus de scènes sexuelles à la télé, etc. Quelques chapitres n’ont rien à voir avec le récit, comme celui sur le Botox Party, mais ils contribuent à souligner la vision ubuesque du romancier qui exige de ses lecteurs certains efforts.  Son objectif est clair : « Ici, en ville, il n’y a pas d’étoiles, hormis les poètes, les rêveurs, les acteurs et les cinéastes, les fournisseurs de plaisir, et c’est la raison pour laquelle je souhaite me concentrer sur ce domaine. » (p. 191)

 

À lire.

Éditions de l'Olivier, 2006, 619 p.

 

9782879294988script.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×