Stephen McCauley

La vérité, ou presque

Cet Américain a écrit quelques romans dont certains ont fait l’objet d’une adaptation cinématographique. Dans La vérité, ou presque, on retrouve une productrice de télévision communautaire bostonienne qui s’intéresse à une biographie d’un obscur écrivain rédigée par un universitaire itinérant en couple avec un antiquaire vivant à New York.  Celle-ci veut proposer une nouvelle série sur «les médiocrités oubliées», dont une chanteuse qui accumulait les couacs et les coups de gueule.  Les personnages sont bien en chair et l’écriture, efficace. J’ai bien aimé les observations sarcastiques sur la société américaine, par exemple : « Regardez l’ensemble de la droite américaine, cette caste curieusement angélique d’escrocs béni-oui-oui, des personnages  qui semblent sortis d’Ubu Roi monté par Walt Disney, et qui, dissimulés sous leur enveloppe hypocrite, jettent insultes et pierres à autrui. » p. 70

À lire.

Buchet/Chastel, 2002,  424 p.

 

3898-2657042.jpg

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site